« A votre service »

par | 9 Mai 2022 | Actualités, Instant BAC SVT 2022

connexions synaptiques

Les services écosystémiques…cela semble complexe mais il n’y a rien de plus naturel que ça. C’est tout ce que la nature nous offre et qui permet à nos sociétés de vivre. La nature, les forêts, les rivières, les plantes, les animaux… ne sont pas là que pour faire joli et nous dépayser pendant nos balades le week-end. Cet environnement naturel nous rend de très nombreux services dits écosystémiques. Malheureusement, à force de trop nous rendre service, la nature s’épuise. Tout est question d’équilibre à trouver ou plutôt à retrouver. 

Un écosystème, c’est quoi concrètement ?

C’est toi, plus moi, plus eux, plus…. Bref, on connait tous la chanson. Un écosystème, c’est l’ensemble des êtres vivants qui interagissent à la fois entre eux et aussi avec leur milieu de vie (terre, eau, air). En tant qu’être humain, nous ne sommes pas un individu à part, posé là dans un environnement. Nous sommes une partie intégrante de cet écosystème dont nous sommes d’ailleurs totalement dépendant car il nous fait vivre. Si vous avez vu le film Avatar, vous comprendrez facilement la notion d’écosystème et de connexion vitale qui existe entre les êtres vivants et leur environnement.

Quels types d’interactions avons-nous entre êtres vivants ?

On peut dire qu’il y a 3 types d’interaction :

  • Il y a les relations de compétition: pour vivre les êtres vivants recherchent la lumière, l’eau, les nutriments. Cela est valable pour un végétal comme pour un animal. De ce fait, les êtres vivants se battent pour l’obtenir et généralement celui qui gagne le fait au détriment de l’autre. L’arbre qui cherche la lumière va pousser plus vite et du coup faire de l’ombre à celui d’à côté. La croissance de l’un influence celle de l’autre. Si ton frère prend le dernier gâteau dans le placard, cela se fait au détriment de ton estomac et de ta mauvaise humeur !

  • Il y a les relations de coopération: nous avons besoin du lien avec un autre être vivant pour assurer notre propre survie. Par exemple, nous avons besoin des bactéries vivant en symbiose dans notre intestin pour digérer et assimiler les aliments.

  • Il y a les relations d’exploitation : c’est le fait d’utiliser l’autre pour son alimentation ou sa protection. Plus simplement, c’est l’histoire du lion qui mange la gazelle (prédation), du chat qui mange la souris (prédation encore) ou bien du moustique qui nous suce le sang (parasitisme).

Avec ces exemples, nous comprenons que sans les autres… nous ne sommes rien. Et dans un écosystème, les comportements de chaque être vivant sont aussi importants et peuvent être classés. On retrouve ainsi les producteurs primaires, c’est-à-dire ceux qui produisent de la matière organique grâce au soleil et aux minéraux (la majorité des végétaux) ; il y a les consommateurs qui se nourrissent de cette matière organique (nous !) et les décomposeurs qui recyclent la matière organique en minéraux (organismes du sol notamment). Lorsque tout ce petit monde est à l’équilibre, tout fonctionne pour le mieux dans le meilleur des mondes. Mais à l’heure actuelle, nous sommes beaucoup trop de consommateurs… et nos actes ont de lourdes conséquences sur l’activité des décomposeurs et des producteurs primaires.

Alors c’est quoi les services rendus par les écosystèmes ?

Depuis que l’Homme existe, il a toujours vécu en lien avec son environnement pour y trouver de quoi se nourrir, s’habiller, se soigner, construire, se divertir… Tout cela correspond aux services écosystémiques. C’est-à-dire que l’Homme tire un grand bénéfice des fonctions assurées gratuitement par les écosystèmes. Ces services, on peut les regrouper ainsi :

Les services écosystémiques © France Agro 3

  1. Les services d’approvisionnement :

Les écosystèmes nous fournissent de nombreux produits utiles dans notre quotidien pour vivre.

Il peut s’agir des grains, des fruits et des légumes nécessaires à notre alimentation et qui poussent dans différents écosystèmes. Les mûres que l’on cueille en sous-bois proviennent d’un écosystème naturel, celui de la forêt. Par contre le blé moissonné pour faire du pain, provient d’un écosystème géré par l’Homme par l’agriculture.

Les combustibles tels que le charbon, le pétrole et le gaz sont indispensable aujourd’hui pour le transport, pour nous chauffer ou faire fonctionner les industries. Ces ressources proviennent des écosystèmes naturels, ce sont des ressources fossiles non renouvelable à l’échelle du temps humain.

Les médicaments sont aussi issus des écosystèmes lorsqu’il s’agit de molécules provenant des plantes par exemple.

Nos vêtements en coton, en lin, fibre de bambou… nécessite de la cellulose provenant des « producteurs primaires » : les végétaux.

Les matériaux tel que la pierre, le sable, l’argile… sont également nécessaire pour nos constructions et proviennent des roches et de la terre. Le bois provient des forêts et permet de nous chauffer, de construire des meubles, des charpentes…

Tous ces produits « consommables » sont issus des écosystèmes et sont indispensable à notre vie.

  1. Les services de régulation :

Les écosystèmes nous rendent tout simplement la vie possible sur Terre et ce n’est pas rien ! Ils sont les garant du bon maintien de la qualité de l’air, de l’eau, du fonctionnement du sol…

Prenons l’exemple de la régulation du climat. Les sols stockent le carbone ce qui affecte la concentration en C02 de l’air et donc la température sur Terre. Les forêts captent également du C02 grâce à la photosynthèse diminuant ainsi le réchauffement climatique.

La régulation de la qualité de l’air est faite par les végétaux qui par la photosynthèse au niveau de leurs feuilles émettent de l’oxygène, un gaz indispensable pour que nous puissions respirer sur notre planète.

Les sols occupés par de la végétation (forêt, pâtures…) ont un rôle en tant que régulateurs des inondations et pour lutter contre l’érosion. Les écosystèmes sont également les grands purificateurs de notre eau en filtrant celle-ci à travers le sol pour la débarrasser de ses impuretés et en la stockant (nappes souterraine). Les bactéries du sol décomposent de nombreux déchets organiques permettant un recyclage de la matière en éléments minéraux.

La biodiversité, notamment les insectes tels que les abeilles, garantissent la pollinisation. C’est un service majeur de reproduction pour de nombreux végétaux, dont nous sommes dépendants pour notre alimentation.

  1. Les services culturels :

Enfin, les écosystèmes rendent des services immatériels qui permettent l’enrichissement spirituel et culturel de l’Homme. Les paysages ont une valeur patrimoniale très importante. Le tourisme s’est développé grâce à la beauté des écosystèmes qui nous entourent (bord de mer, forêt…). Les écosystèmes ont toujours été la source d’inspiration et cela depuis que l’Homme a dessiné dans les premières cavernes. Ils sont également une marque d’une identité culturelle associée à un lieu. Nous sommes tous fier d’être originaire d’un lieu particulier qui ne ressemble à aucun autre.

Pour tous ces services écosystémiques, la nature est d’une grande richesse. Malheureusement, par nos activités nous bouleversons les équilibres en surexploitant les ressources, en diminuant la biodiversité animale et végétale ou en polluant. Préserver les écosystèmes tout en optimisant les fonctions assurées par eux, c’est notre priorité.

Marion Huré

Marion Huré

En partenariat avec Marion Huré, rédactrice et ingénieure en agriculture – qui marie les mots avec pédagogie et humour. Retrouvez Marion sur Linkedin et Instagram.

Share This